Résumé du cours de Sophie Roux (avril 2009)

Résumé du cours de Sophie Roux (avril 2009)

Le bon gouvernement et la cité idéale : Saint Augustin dans sa Cité de Dieu, nous rappelle 3 types de Cités : celle des hommes, celle de dieu, celle du diable. Quand nous évoquons le Bon gouvernement, nous ne pensons pas à la perfection puisqu’elle n’est pas de ce monde. Le bon gouvernement est donc une donnée qui s’améliore en continu. Au V ème siècle Augustin assigne à la monarchie l’ordre et la justice. 4 vertus cardinales : prudence, tempérance, force, justice. La mise en image du Bien commun fait référence à Saint Thomas et à la tradition romaine de Cicéron et Sénèque. C’est l’expression d’un républicanisme élaboré dans les républiques italiennes.En 1324 Marsile de Padoue publie « Defensor Pacis » la Paix est le premier bien des gouvernants. Le mal est discorde et guerre, il prépare la tyrannie. Le bon et le mauvais gouvernement du Palais public de Sienne : une allégorie ? Allégorie : allegoria dérive d’un verbe allegorien «parler par figure ». Agora : assemblée du peuple. En français l’allégorie est une parole différente, un discours métaphorique. Au cours de son histoire urbaine, la ville de Sienne passe commande à Ambrogio Lorenzetti d’une fresque, qui va être le décor quotidien des oligarques qui exercent les pouvoirs, le Gouvernement des Neuf. L’image est au cœur de la ville, visible et offerte à tous. Elle apporte un message dont la trame est une commande, mais dont la mise en forme répond à différentes logiques que les textes contemporains, la civilisation ne peut épuiser.

Au-delà de la forme iconographique au service d’un sens politique et moral, la peinture offre par ses effets artistiques, une conception du monde laïque et les moyens des développements futurs d’un genre pictural autonome : le paysage ville et campagne. En Italie, la fresque est une technique de décor, efficace, durable, et économique. Jusqu’en 1293 le Campo abrite un modeste édifice au toit de bois, et la très grande prospérité de la ville a d’abord profité à l’édification de la cathédrale, chantier ambitieux qui épuise les ressources et restera inachevé. 1293 Le nouveau Palais communal 1360 une horloge mécanique est installée. Entre temps le gouvernement municipal prend des mesures pour imposer une ordonnance régulière aux palais qui bordent la place. 1315 Simone Martini : La Madonna di Buon Consiglio. En 1315 Simone Martini peintre officiel de Sienne, reçoit commande d’une fresque pour la Salle du Conseil aujourd’hui nommée Salle de la Mappemonde. Il ne s’agit pas là d’une peinture purement religieuse, mais d’une représentation de type civique. Depuis la victoire sur les Florentins à Monteaperti en 1260, la Vierge est patronne de la cité. L’iconographie est différente d’une vierge à l’enfant traditionnelle. 1337- 1340 Ambrogio Lorenzetti Le Bien Commun La commune lui passe commande d’un ensemble de fresques pour orner la salle du Conseil. Dimension : 14,04×7,70. Ambrogio revendique la responsabilité de l’ensemble. Le mauvais gouvernement : Dans une architecture militaire et fortifiée, sur un fond sombre, la cour des vices est présidée par la Tyrannie. A ces pieds on trouve la justice déchue et prisonnière, sa balance renversée. Le tyran sous la forme du diable est revêtu d’une cotte de maille, tenant le calice et l’épée, sous ses pieds un bouc noir. A sa droite : • Cruauté qui étouffe un enfant et tient un serpent (crudelitas)/ envers de la Charité• Trahison mouton à queue de scorpion (proditio)• Fraude possède des pieds fourchus et des ailes de chauve souris (fraus) A gauche :• Fureur sous forme de chien et cheval (furor)• Division avec une scie, robe aux couleurs de Sienne (divisio)• Guerre au bouclier

A Sienne les contrades qui se partagent l’espace de la ville sont en perpétuelle querelle et portent chacune des couleurs.Au dessus de la tyrannie, on trouve 3 vices : avarizia, superbia, vana gloria sont présentées. Les effets du Mauvais gouvernement : La cité est en proie à la rapine. Les groupes armés s’attaquent aux citoyens, aux femmes. La ville est en ruine. Procédé d’inversion de la fresque du Bon gouvernement. Timor vole au-dessus de la campagne dévastée, c’est une vieille femme. Le mauvais gouvernement est un échec humain, non un châtiment de dieu. Le bon gouvernemen tLe Bien Commun sous les traits d’un homme à la barbe blanche trône sur une estrade, entouré des vertus :• Paix en position calme vêtue de blanc• Force• Prudence• Bien Commun• Magnanimité• Tempérance• Justice A gauche de la fresque, un autre groupe met en scène la sagesse qui inspire la justice. La justice commutative et distributive. Des deux plateaux de la balance sortent deux cordes, qui unissent tous les citoyens. Le bien commun est sur le trône, vêtu des couleurs de Sienne, blanc et noir, bonnet de fourrure comme les juges, il tient le bouclier. Les effets du bon gouvernement à la ville comme à la campagne permettent la vie sereine, les activités marchandes et agricoles, le plaisir de la libre circulation sans danger. Pistes bibliographiques : Adelin Charles Fiorato La cité heureuse, l’utopie italienne de la Renaissance à l’âge baroque l’harmattan, 2001Pierre Vidal Naquet Pierre Levêque, Clisthène l’athénien, macula, 1983Jean Pierre Vernant : mythe et pensée chez les grecs, PUF,1996Paul Blanquart une histoire de la ville La Découverte Essais, 1997Roland Etienne Athènes, espaces urbains et histoire, Hachette, 2004Sophie Cassagnes Brouquet Les couleurs de la norme et de la déviance, éditions universitaire de Dijon, 1993Jean Jacques Wunenburger (sous la direction de ) La renaissance ou l’invention d’un espace, Figures Libres, 2000.

Les commentaires sont clos.